Un cocktail de précipitations pour le 26-27 décembre 2016

img_9963

Une dépression présentement en formation au Colorado est en route vers le Québec pour la journée de lundi et mardi.

Le tout devrait débuter en neige sur l’ouest de la province et pour les secteurs plus au sud en grésil pour ensuite se changer en verglas et en pluie.

Pour l’ouest : Neige, 15 à 25 cm de neige localement

Pour le sud : Pluie et grésil 5 à 10 mm

Le centre : Neige, Grésil, Verglas et pluie 15 mm en équivalence

Pour l’est : Neige 10 à 15 cm

C’est conditions perdurons jusqu’à mardi soir.

Voici quelques cartes d’accumulations :

Neige et grésil :

doodle_2016-12-25t15_22_52z

Pluie verglaçante : 

doodle_2016-12-25t15_11_03z

 

Environnement Canada a émis des avertissements de pluie verglaçante pour plusieurs secteurs du sud du Québec tôt dimanche matin.

Pour la liste complète : http://meteo.gc.ca/warnings/index_f.html?prov=sqc

sqc_f-2

 

Merci et n’oubliez pas que cette prévision est sujet à changement de par la nature des précipitations et des accumulations des différents types de précipitations.

 

 

Tempête samedi et dimanche ?

img_8820

Les modèles nous montrent depuis plusieurs jours que les journées de samedi et dimanche pourraient nous apporter des conditions hivernales sur plusieurs régions du Québec.

Une dépression pourrait nous frapper samedi et dimanche et les précipitations devraient débuter en neige. La pluie et le verglas devraient toucher rapidement les secteurs du sud et la rive-sud du fleuve entre Montréal et Sainte-Marie de Beauce. Pour le moment, la rive nord n’aurait que de la neige.

Les quantités de neige pourraient être entre 5 et 15 cm pour les secteurs au nord du fleuve. Pour ce qui est du verglas et de la pluie, on ne parle que de quelques millimètres (5 à 10 mm).

 
Côté vent, il ne semble pas en avoir beaucoup pour le moment car la dépression pourrait passer directement sur le fleuve. Les trois modèles que nous regardons (GFS’ NAM et GEM), nous donnent trois scénarios différents pour le moment. Donc, il est impossible de confirmer s’il tombera de la pluie, de la neige ou du verglas en fin de semaine.

Tempête sur le Québec en fin de semaine ? Rien de confirmé pour le moment !

 

 

 

 

Multiples conditions hivernales sur le Québec ce mardi

img_9985

En ce début de semaine, une dépression arrive tout droit du centre des États-Unis et elle apportera des conditions hivernales sur plusieurs secteurs du sud du Québec. Verglas, pluie, neige et vent seront au menu pour la journée de mardi. Les secteurs les plus durement touchés par le verglas seront l’ouest du Québec et les Laurentides avec des quantités d’environ 5 mm ou plus localement.

Pour ce qui est de la neige, les secteurs allant de l’Abitibi au centre du Québec pourraient recevoir jusqu’à 15 cm de neige localement. Les secteurs plus au sud, dont Montréal et Sherbrooke, devraient recevoir des précipitations sous forme liquide principalement avec des températures avoisinant les 5 degrés.

 

Carte des accumulations possible mardi

doodle_2016-11-28t21_40_05z

Les secteurs au nord de Québec et Charlevoix sont le plus à risque de recevoir de plus importantes quantités de neige.

Les Laurentides sont plus à risque de recevoir les plus grandes quantités de verglas.

Les vents seront du nord-est pour une grande partie de la province sauf pour les secteurs de la rive-sud qui auront droit aux vents sud-est.

 

Pour savoir si votre secteur est sous avertissement :

Avertissement météo

 

Mathieu Bordage

 

 

Première tempête hivernale sur le Québec

Voici une carte des quantités de neige possible pour les 24/48 prochaines heures !

sans-titre

La zone en rouge pourrait recevoir entre 20 et 40 cm de neige localement.

La zone en bleu pourrait recevoir entre 5 et 20 cm de neige.

La zone en verte pourrait recevoir entre une trace et 10 cm de neige. Il aura aussi une période de neige fondante.

 

Voici la liste des avertissements d’environnement Canada à 7h30 am

Avertissement de tempête hivernale :

Abitibi, Matagami, Réserve faunique La Vérendrye.

 

Avertissement de neige :

Chibougamau, Gatineau, Haute-Gatineau – Lièvre – Papineau, Mont-Laurier, Parent – réservoir Gouin, Pontiac, Waskaganish.

 

Avertissement de pluie verglaçante :

Rivière Manicouagan

 

Pour une liste à jour.. http://meteo.gc.ca/warnings/index_f.html?prov=sqc

 

Chasse du 7 Mai 2016 – Tornades – Wray, Colorado.

Texte: Pierre-Marc Doucet

Photos: Mathieu Bordage et Pierre-Marc Doucet

Vidéos: Pierre-Marc Doucet

Membres présents: Pierre-Marc Doucet, Jolyane Limoges, Mathieu Bordage, Marie-Maude Leduc

 Avec nous aussi: Mike Smith, Joe Wallace (Team BCX) et Tristan Péloquin (journaliste de La Presse)

La journée du 7 Mai marquait le début d’une semaine de chasse intense. Depuis le début de notre voyage, nous n’avions pas eu la main heureuse il faut dire. Lors de notre première semaine, les éléments devaient, selon les modèles météo, se déchainer grandement. Or, ce ne fût pas le cas puisqu’il manquait toujours un ingrédient clé lors de chaque journée. Pendant notre deuxième semaine, un gros anticyclone était en place sur le centre des plaines. Pas de chasse donc, mais du bon temps à la plage sur la côte Texane du golfe du Mexique.

C’est bien beau tout ça, mais nous n’étions pas aux USA pour passer du temps à la plage. Nous voulions assister aux déchaînement de dame nature et il nous restait une semaine pour le faire. Il fallait donc que notre « game » soit au top. Après avoir été chercher Marie-Maude à l’aéroport d’Oklahoma City et que le journaliste de La Presse Tristan Péloquin, qui voulait faire un reportage sur nous, soit venue nous rejoindre, nous sommes partis vers le nord. Nos deux amis Mike et Joe devaient aussi nous rejoindre car il semblait qu’un bon « setup » serait en place dans le nord-est du Colorado le lendemain. Pas question de le laisser filer, surtout après notre dure leçon de la saison précédente (les tornades de Simla du 4 Juin 2015).

Synopsis météo.

L’atmosphère montrait des signes encourageants déjà en matinée. Une dépression devait aussi s’intensifier plus tard dans la journée en sortant des montagnes rocheuses. Voici ce que montrait le sondage atmosphérique matinal de Denver.

tephi-den

D’un point de vue orages violents, un tel sondage semble peu convaincant. Cependant, il faut savoir se projeter dans le futur et connaître l’environnement de chasse. Dans l’est du Colorado, l’altitude est beaucoup plus élevé que dans les plaines du centre américain. Les points de rosée au sol n’ont pas besoin d’être aussi élevés que dans cette région vue l’altitude beaucoup plus haute. Des points de rosée de 50-55°F sont considérés intéressants dans cette région pour la formation de supercellules tornadiques. Dans les plaines du centre (Kansas, Oklahoma, Texas, etc…) il faut généralement des points de rosée de surface de 65°F et plus pour être considéré comme potentiel intéressant.

Comme on peut le voir sur le sondage, déjà ce matin-là, Denver enregistrait 50°F au sol et la profondeur de l’humidité jusqu’à environ 700mb était très intéressante. Une EML (Elevated Mixed Layer) entre 650mb et 500mb était aussi visible sur le téphigramme. Cette caractéristique de l’atmosphère joue souvent un rôle déterminant pour le temps violent. En plus d’aider à prévenir la formation à trop grande échelle des orages, elle aide aussi l’énergie disponible dans l’atmosphère et empêche l’humidité au sol de venir se mêler à l’air plus sec en altitude, ce qui nuit grandement à la formation des orages. Bref, il était permis de penser que nous aurions de la convection profonde plus tard dans la journée.

 Pour le cisaillement des vents, c’était surtout le cisaillement directionnel qui était discutable. En force, il était très fort (environ 60 kts 0-6km). Par contre il était très aligné vers le nord-nord-est. Cependant vu que les vents au sol au nord du front quasi-stationnaire étaient prévus directement de l’est, nous espérions que cela induise assez de rotation dans les bas niveaux pour créer des tornades. Voici un téphigramme simulant l’atmosphère peu avant le début du spectacle.

tephigramme-colorado

L’instabilité s’est bien installé et l’écart entre le point de rosée et la température était très bien. Cependant avec l’alignement des vents, l’hélicité demeurait assez marginale avec la motion des orages pratiquement vers le nord. La supercellule qui a produit la tornade de Wray allait davantage vers le nord-est de ce qui était prévu sur cet hodographe (interaction avec le front chaud ?). Elle bénéficiait donc probablement de plus d’hélicité et cela a surement joué un facteur pour la formation des tornades plus tard.

Le soulèvement orographique de l’est du Colorado, combiné avec un creux en altitude qui se déplaçait lentement sur les secteurs allaient produire une dépression de surface qui irait en s’intensifiant avec l’avancement de la journée.

Carte de 850mb le matin du 7 mai 2016 (étoile noire représente Wray).

850mb-12z

Carte de 850mb le soir du 7 mai 2016 (étoile noire représente Wray).

850mb-00z

On peut remarquer que les contours se sont accentués un peu dans l’est du Colorado. Signes de renforcement d’un système dépressionnaire. On pouvait aussi voir un bassin d’humidité en place dès le matin. Cette humidité allait rester en place dans un corridor au nord de la zone frontale alors qu’une dryline se développerait plus au sud dans la journée.

On pouvait aussi remarquer un peu plus haut à 700mb, l’arrivée du creux. On le remarquera aussi sur l’imagerie de vapeur d’eau.

Carte de 700mb le matin du 7 mai 2016 (étoile noire représente Wray).

700mb-12z

Carte de 700mb le soir du 7 Mai 2016 (étoile noire représente Wray).

700mb-00z

wv-gif

Tout se mettait donc en place pour que le nord-est du Colorado connaisse un épisode de temps violent, particulièrement des tornades.

 Cela dit, deux ombres au tableau étaient notables. Dans cette région, de part la nature élevée du terrain, la proximité des rocheuses et les température souvent plus froides en altitude, les orages ont tendance à se former rapidement, malgré la présence d’une EML. Nous espérions donc que celle-ci tempère la formation des courants ascendant pour que les orages restent le plus isolé possible. Aussi, avec la nature assez linéaire des hodographes, le risque de voir des supercellules se diviser et interagir ensemble était plus élevé . Néanmoins, la fenêtre d’opportunité semblait être près du nord-est de la dépression de surface, si les orages pouvaient rester dans le sillage du front chaud/quasi-stationnaire alors que la meilleure humidité allait se retrouver dans ce secteur.

Déroulement de la chasse.

Nous sommes donc parti de la ville de Hays au Kansas ce matin-là. Notre cible initiale était la ville de Sterling au Colorado, environ 90 km au nord-ouest de Wray.

Par contre, déjà en début d’après-midi une première ligne de faibles orages s’était formé dans la zone cible. Nous avons donc ajusté notre cible un peu plus au sud. Les observations de surface montraient que le front chaud ne se déplaçait vraiment pas rapidement vers le nord.

Observations en après-midi du 7 mai 2016 (étoile noire = Wray).

surface-avant-tornade

Le show principal lui devait commencer par la montée des orages à l’intersection du front froid, de la dépression de surface et de la dryline en développement. Ce fût le cas en milieu d’après-midi.

 Nous avons donc commencé à suivre une supercellule en développement au sud de Cope, environ 70-80 km au sud-ouest de Wray. Ces orages semblaient cependant avoir un peu de misère à rester isolés et à bien se développer. Néanmoins nous avions droit à un beau spectacle de mammatus.

7-mai-2016-1-mod

 Nous avons dû remonter vers le nord sur des routes de terre assez peu entretenue (merci Xterra) puisque notre cellule devenait de plus en plus forte et montrait au radar des signes de grosse grêle. Comme on ne voulait pas se faire démolir le camion, nous devions devancer le tout.

Arriver sur une route plus au nord, un autre groupe d’orages situés au nord-ouest de notre position produisait des tornades selon les informations dont nous disposions. Que faire ? Lâcher la supercellule sur laquelle nous étions et qui semblait avoir de la misère ? Allez chercher ce groupe de cellules qui était quand même assez éloigné ? Après un peu de tergiversation, on décide de rester sur notre orage, toujours en gardant en tête qu’il devrait rencontrer des meilleures conditions éventuellement.

Nous repartons donc vers l’est afin d’avoir une vue dégagée sur la base de l’orage. La supercellule montrait des signes de renforcement et au radar, la présence d’un mésocyclone commençait à paraître.

Imagerie radar des précipitations (gauche) et de la vélocité (droite) à ce moment.

radar-2

Visuellement parlant, la supercellule devenait un peu plus définie, mais toujours rien de très spectaculaire.

7-mai-2016-2-mod

Cependant, dans les 10 minutes suivantes, l’orage a encore montré des signes de renforcement rapide. À un tel point qu’à un certain moment un wall-cloud et une formation suspecte sous le courant ascendant principal s’est formé. Par contre, cela a rapidement été englobé par de la pluie. Il s’agissait probablement de scud, mais cela annonçait aussi un changement dans la structure de l’orage qui devenait plus près de la surface.

7-mai-2016-3-mod

Nous avons par la suite vécu une anecdote assez inquiétante. L’activité électrique était très élevé pendant cette phrase de l’orage. À un certain moment, Mathieu entend un bruit de « TIC » répétitif dans le camion. On l’éteint pour voir si c’est un problème mécanique, mais le bruit continue. Marie-Maude remarque alors que mon fil de CB qui n’était pas branché produisait des étincelles et le bruit correspondait au moment ou ces étincelles bleues apparaissait. Il y avait donc probablement une charge électrique sur l’antenne !! Heureusement, il ne s’est rien passé par la suite, le tout c’est arrêté sans que rien ne se produise. Fiou !

Suite à cet événement, les choses se sont mise en place rapidement. La supercellule montrait maintenant des signes de maturation évident et d’autres orages commençaient à se former plus au sud de celle-ci. Les observations de surface montraient des vents de l’est juste au nord du front et les points de rosée dans l’ordre du 52-54°F. Aussi, les observations du profileur vertical des vents de Goodland au Kansas (environ 90 km au sud-est de Wray) montrait un potentiel d’hélicité 0-1 km de plus de 300 m2/s2 avec nos vents de provenance est.

Image satellite visible au moment des tornades. Notre supercellule est indiquée par la flèche rouge.

tornade-1

Arrivés dans le village de Wray, nous sortons de la ville juste un peu au nord pour avoir une meilleure vue de la première supercellule qui allait produire une tornade. La cellule en question se déplaçait franc nord. Nous étions donc à l’écart du danger pour le moment même s’il fallait rester aux aguets puisqu’une autre supercellule se développait juste au sud.

Nous avons commencé par voir un petit entonnoir se développer sous la base. Puis celui-ci devenait de plus en plus gros. Après un bon 5 minutes il a fini par toucher le sol et la tornade à duré ainsi un autre 10 minutes environ.

wray-1-mod

wray-2-mod

wray-3-mod

La tornade se dissipait et la supercellule du sud interagissait trop avec celle que nous observions. Il était temps de se repositionner vers le sud-est. Nous nous sommes un peu arrêté dans le village de Wray pour voir comment la supercellule évoluait et nous avons eu droit à quelques petits « spin-ups » près de nous.

Maintenant en direction est, un peu passé le village, nous avons encore décidé d’observer se qui ce passait. La supercellule était simplement magnifique. On voyait parfaitement le mésocyclone et il semblait se dessiner un « RFD cut » derrière celui-ci.

wray-4-mod

Environ 10 minutes après cette photo, le nuage en entonnoir a commencé à se former juste devant nous. Le reste du spectacle fût incroyable pendant un autre bon 15 minutes.

 

wray-5-mod

wray-6-mod

wray-7-mod

wray-8-mod

Imagerie radar au moment de la tornade. À gauche la réflectivité des précipitations avec l’écho en crochet. À droite, la vélocité des vents montrant la signature tornadique.

wray-colorado-radar

Nous avons par la suite tenté de trouver une route vers le nord pour essayer de suivre la supercellule. Malheureusement, le réseau routier étant très peu élaboré dans cette région, il nous a été impossible de continuer à la suivre.

Nous avons donc mis un terme à la chasse. Nous sommes repartis vers le sud puisque dès le lendemain nous avions la possibilité de voir d’autres tornades au Kansas ou en Oklahoma. Ce fût toute une journée et nos efforts ont été récompenser en étant toujours à l’affût de ce qui se passait et en faisant confiance à nos prévisions.

La première tornade fût classée EF0 puisqu’elle n’a rien touché. La deuxième tornade a été classée EF2 avec des vents de 200-215 km/h. Elle aura parcouru environ 10 kilomètres et aura été d’une largeur d’environ 400 mètres à son plus large. Heureusement il n’y a eu aucun mort, mais quelques blessées ont été rapportés.

Première accumulation de neige au Québec

img_0171

 

Il y a une faible dépression qui approche sur le Québec et qui laissera quelques centimètres sur le sud et le centre du Québec dans la nuit du 27 au 28 octobre.

La rive-nord entre Ottawa et Québec pourrait recevoir entre 5 et 15 cm. La rive-sud pourrait voir des accumulations entre 5 et 20 cm, plus particulièrement en Beauce. La région de Montréal risque de ne recevoir que quelques averses mais ces averses seront généralement sous forme de pluie.

La neige se changera en pluie partout au Québec vendredi dans la journée.

sn10_acc-us_ne

 

Un ouragan au Québec, est-ce possible ?

rbtop-animated.png

L’ouragan Matthew reçoit beaucoup de couverture cette semaine. Normal puisque cette puissante tempête risque de causer beaucoup de dégâts et de pertes humaines en plusieurs endroits dans l’Atlantique. Son nom sera fort probablement retiré de la liste à la fin de l’année.

Est-il possible qu’un ouragan touche le Québec ? Pas vraiment. Nous avons souvent ce qu’on appelle « les restes » ou plutôt un système en transition extra-tropicale (post-tropicale).

Pour qu’un ouragan se forme et se maintienne, il doit avoir une source suffisante de chaleur et d’humidité. Donc les conditions propices à cela se retrouvent au-dessus de l’océan et l’eau doit avoir une température d’eau moins 26°C, cette couche de température doit couvrir plusieurs mètres en profondeur. Il faut aussi que les conditions de cisaillement des vents (changement des vents en force et direction avec l’altitude) soient faibles. Un ouragan faiblira rapidement lorsqu’il entre dans les terres.

L’endroit le plus près, en ligne droite, d’où se trouvent les premières terres du Québec par rapport à l’océan Atlantique (on exclut ici le Golfe du St-Laurent) est d’environ 200 kilomètres de distance. Aussi, l’eau dans cette zone est entre 12-14° Celsius. Bien loin de notre marque minimale.

De plus, en montant en latitude, il y a beaucoup plus de chances que notre ouragan se retrouve dans la trajectoire d’une dépression de mi-latitude. Le cisaillement des vents y sera plus fort et l’interaction avec ces systèmes auront tendance à lui faire perdre ses caractéristiques tropicales.

En gros, voici les différences entre les caractéristiques d’un ouragan et d’un système post-tropical.

Un ouragan est tellement puissant, que la pression sera plus haute en altitude que près du sol ou elle sera très basse. Avec un système extra-tropical comme on connaît, c’est le contraire, la pression baisse avec l’altitude. Les vents les plus forts d’un ouragan seront donc concentrés dans le premier kilomètre de l’atmosphère, tandis que dans un système extra-tropical, ils seront beaucoup plus haut, associés au courant-jet.

Lors d’un ouragan, les vents les plus forts seront concentrés près de l’oeil. On appelle cette région le mur de l’oeil ( plus d’infos ici ). Dans un système post-tropical les vents les plus forts en surface seront beaucoup plus éloignés du centre.

Distributions des vents d’une dépression post-tropicale. (Flèche rouge indique l’endroit des vents les plus forts, le « L » rouge indique le centre de la dépression.

sfcwind_mslp-ca_e

Les systèmes tropicaux (ouragans) sont des systèmes avec un « coeur » chaud et les systèmes extra-tropicaux ont des « coeurs » froids. Il existe donc une période de transition entre les deux types de systèmes parce qu’il y aura une interaction avec une autre dépression qui fusionnera avec le système tropical . Voici deux exemples avec ce qui est prévu pour Matthew.

« Coeur » chaud de Matthew prévu près des Carolines. Le « X » représente le centre de l’ouragan. On remarque les couleurs de plus en plus chaudes près du centre.

500th-us_ma

« Coeur » plus froid et en transition lors de son passage prévu sur les maritimes. Le « X » est le centre dépressionnaire. On remarque que l’air chaud se décale vers la droite et l’air froid envahit la partie gauche et le centre. Un pattern similaire aux systèmes frontaux (front froid/front chaud) s’installe alors qu’il est absent avec l’ouragan.

500th-ca_e

Autre différence, la distribution des précipitations. Au niveau de l’ouragan, les bandes de précipitations seront bien enroulé avec le centre du système. Avec le système post-tropical, nous perdons ce pattern. Les précipitations seront plus étalées et généralement, le gros de celle-ci va tomber à la gauche du centre dépressionnaire.

Précipitation prévue sur 24h lors du passage de Matthew. Le « X » est le centre dépressionnaire. On voit que le gros des précipitations se situe à gauche du centre.

qpf_024h_mm-ca_e

Des ouragans ont déjà frappé les provinces maritimes. Généralement ils sont des catégories 1 ou 2 (vents entre 120 et 175 km/h) lorsqu’ils arrivent sur ces secteurs car les eaux très chaudes sont assez loin de nos régions. Sans perdre leurs caractéristiques tropicales, ils ont néanmoins le temps de faiblir avant d’arriver.

Pour conclure, les possibilités qu’un ouragan touche le Québec sont très minces pour plusieurs raisons. Nous sommes trop éloignés dans les terres. Les eaux de l’Atlantique les plus proches de nous sont bien en deçà du seuil minimal de température requis pour maintenir un ouragan. L’interaction avec d’autres systèmes météo fait en sorte que l’ouragan va perdre ses caractéristiques tropicales.

Les systèmes post-tropicaux représentent aussi des dangers. Ce sont de très fortes dépressions qui peuvent produire des fortes pluies, des vents de plus de 100 km/h et même encore des marées de tempêtes comme lors d’un ouragan. Ce ne sont pas des systèmes à prendre à la légère. Ils sont seulement différents de leurs cousins les ouragans.

Pierre-Marc Doucet.

Chasse d’orage – 23 juillet 2016

Texte : Marie-Maude Leduc

Photos : Mathieu Lussier

Le 23 juillet, un scénario météo s’annonçait intéressant pour notre chasseur Mathieu Lussier. En effet, Environnement Canada avait émis des veilles et des alertes d’orages violents pour le secteur de Montréal.

Déjà à 10h, Mathieu était prêt. Comme il observait de la convection vers Rawdon, Mathieu a décidé de se rendre sur l’autoroute 30 entre Varennes et Verchère.

Aux alentours de 11h55, une magnifique cellule s’est formée et Mathieu a eu droit a un magnifique shelf cloud, le tout agrémenté d’un ciel turquoise hors du commun. L’orage se déplaçait à une vitesse phénoménale vers Saint-Hyacinthe avant de changer de direction vers le sud.

La chasse s’est terminée pour Mathieu lorsque les orages ont passé sur la rive-sud.

 13699999_10154410168489365_5013792081216193007_n13700227_10154410169269365_4697683071423013740_n13754354_10154410230169365_2849865399717933923_n13769546_10154410169544365_2408252620299558364_n13781867_10154410168904365_6087105121819454010_n

Chasse d’orage – 22 juillet 2016

Texte et images : Mathieu Bordage

 

Le 22 juillet, le risque d’orage était très présent sur les secteurs de Québec, de la Beauce et de Lotbinière. En matinée, Environnement Canada avait émis des veilles d’orages violents pour les secteurs de Québec, de la Beauce, de l’Estrie, de la Mauricie et de Drummondville avec une mention de risque de tornade.

13815199_10154406915654365_1563435902_n

Mathieu Bordage était situé près de Saint-Appolinaire vers 11h où déjà plusieurs orages forts frappaient la région.

13838438_10154317352848926_1937337631_o

Voici une première image radar de la cellule qui montrait déjà quelques signes de rotation. Mathieu s’est rendu ensuite à St-Agapit (village que cette cellule a traversé) où il pu constater qu’une maison avait été touchée.

IMG_7844IMG_7846

13840630_10154317352753926_1306536736_o

En peu de temps, de nouvelles cellules se sont formées et elles gagnaient en force. Ces nouvelles cellules ont pris forme dans les mêmes secteurs mentionnés plus haut. À peine quelques minutes après la formation des cellules, Environnement Canada avait émis une alerte de tornade pour le secteur de Sainte-Marie de Beauce. Au final, la ville n’aura pas été frappée d’une tornade. Par contre, BEAUCOUP d’eau est tombée ! Voici quelques photos prises suite aux orages violents qui ont frappé Sainte-Marie.

IMG_7851IMG_7852IMG_7854IMG_7855IMG_7857IMG_7858IMG_7859IMG_7868IMG_7869IMG_7871IMG_7872IMG_7874IMG_7876IMG_7879IMG_7882IMG_7884

 

Chasse d’orage – 18 juillet 2016

Texte et images : Mathieu Bordage

Au départ, tout laissait présager une chasse plutôt calme. Environnement Canada avait émis des veilles d’orages pour une bonne partie de la rive sud du fleuve. Rapidement, le SPC (Storm Prediction Center) aux États -Unis ont aussi placé des veilles d’orages violents dans les États du Maine, du Vermont, du New-Hamshire et de l’état de  New-York.

IMG_7738

Un départ de St-Gilles (sur la rive-sud de Québec) vers Ste-Croix me permit d’intercepter la ligne d’orages près de Neuville sur la rive-nord du fleuve. Environnement Canada avait émis une alerte d’orages violents pour plusieurs secteurs au Québec.

IMG_3791IMG_3807IMG_3810IMG_3817

Seulement une heure plus tard, de retour sur la rive-nord à la hauteur du Boulevard Champlain, le soleil était déjà de retour et le ciel parsemé de magnifiques mammatus.

 

IMG_3829IMG_3839IMG_3853IMG_7757

Ensuite, une 2e ligne d’orages s’est formée au nord de Québec dans la région de Portneuf où  plusieurs dommages ont été observés près de Saint-Basile. J’ai ensuite émis un rapport chez Environnement Canada qui a par la suite confirmé qu’une micro rafale produisant des vents pouvant aller jusqu’à 120 km/h avait frappée la région !  IMG_3859IMG_3864IMG_7765IMG_7767IMG_7772IMG_7774IMG_7779