Un ouragan au Québec, est-ce possible ?

rbtop-animated.png

L’ouragan Matthew reçoit beaucoup de couverture cette semaine. Normal puisque cette puissante tempête risque de causer beaucoup de dégâts et de pertes humaines en plusieurs endroits dans l’Atlantique. Son nom sera fort probablement retiré de la liste à la fin de l’année.

Est-il possible qu’un ouragan touche le Québec ? Pas vraiment. Nous avons souvent ce qu’on appelle « les restes » ou plutôt un système en transition extra-tropicale (post-tropicale).

Pour qu’un ouragan se forme et se maintienne, il doit avoir une source suffisante de chaleur et d’humidité. Donc les conditions propices à cela se retrouvent au-dessus de l’océan et l’eau doit avoir une température d’eau moins 26°C, cette couche de température doit couvrir plusieurs mètres en profondeur. Il faut aussi que les conditions de cisaillement des vents (changement des vents en force et direction avec l’altitude) soient faibles. Un ouragan faiblira rapidement lorsqu’il entre dans les terres.

L’endroit le plus près, en ligne droite, d’où se trouvent les premières terres du Québec par rapport à l’océan Atlantique (on exclut ici le Golfe du St-Laurent) est d’environ 200 kilomètres de distance. Aussi, l’eau dans cette zone est entre 12-14° Celsius. Bien loin de notre marque minimale.

De plus, en montant en latitude, il y a beaucoup plus de chances que notre ouragan se retrouve dans la trajectoire d’une dépression de mi-latitude. Le cisaillement des vents y sera plus fort et l’interaction avec ces systèmes auront tendance à lui faire perdre ses caractéristiques tropicales.

En gros, voici les différences entre les caractéristiques d’un ouragan et d’un système post-tropical.

Un ouragan est tellement puissant, que la pression sera plus haute en altitude que près du sol ou elle sera très basse. Avec un système extra-tropical comme on connaît, c’est le contraire, la pression baisse avec l’altitude. Les vents les plus forts d’un ouragan seront donc concentrés dans le premier kilomètre de l’atmosphère, tandis que dans un système extra-tropical, ils seront beaucoup plus haut, associés au courant-jet.

Lors d’un ouragan, les vents les plus forts seront concentrés près de l’oeil. On appelle cette région le mur de l’oeil ( plus d’infos ici ). Dans un système post-tropical les vents les plus forts en surface seront beaucoup plus éloignés du centre.

Distributions des vents d’une dépression post-tropicale. (Flèche rouge indique l’endroit des vents les plus forts, le « L » rouge indique le centre de la dépression.

sfcwind_mslp-ca_e

Les systèmes tropicaux (ouragans) sont des systèmes avec un « coeur » chaud et les systèmes extra-tropicaux ont des « coeurs » froids. Il existe donc une période de transition entre les deux types de systèmes parce qu’il y aura une interaction avec une autre dépression qui fusionnera avec le système tropical . Voici deux exemples avec ce qui est prévu pour Matthew.

« Coeur » chaud de Matthew prévu près des Carolines. Le « X » représente le centre de l’ouragan. On remarque les couleurs de plus en plus chaudes près du centre.

500th-us_ma

« Coeur » plus froid et en transition lors de son passage prévu sur les maritimes. Le « X » est le centre dépressionnaire. On remarque que l’air chaud se décale vers la droite et l’air froid envahit la partie gauche et le centre. Un pattern similaire aux systèmes frontaux (front froid/front chaud) s’installe alors qu’il est absent avec l’ouragan.

500th-ca_e

Autre différence, la distribution des précipitations. Au niveau de l’ouragan, les bandes de précipitations seront bien enroulé avec le centre du système. Avec le système post-tropical, nous perdons ce pattern. Les précipitations seront plus étalées et généralement, le gros de celle-ci va tomber à la gauche du centre dépressionnaire.

Précipitation prévue sur 24h lors du passage de Matthew. Le « X » est le centre dépressionnaire. On voit que le gros des précipitations se situe à gauche du centre.

qpf_024h_mm-ca_e

Des ouragans ont déjà frappé les provinces maritimes. Généralement ils sont des catégories 1 ou 2 (vents entre 120 et 175 km/h) lorsqu’ils arrivent sur ces secteurs car les eaux très chaudes sont assez loin de nos régions. Sans perdre leurs caractéristiques tropicales, ils ont néanmoins le temps de faiblir avant d’arriver.

Pour conclure, les possibilités qu’un ouragan touche le Québec sont très minces pour plusieurs raisons. Nous sommes trop éloignés dans les terres. Les eaux de l’Atlantique les plus proches de nous sont bien en deçà du seuil minimal de température requis pour maintenir un ouragan. L’interaction avec d’autres systèmes météo fait en sorte que l’ouragan va perdre ses caractéristiques tropicales.

Les systèmes post-tropicaux représentent aussi des dangers. Ce sont de très fortes dépressions qui peuvent produire des fortes pluies, des vents de plus de 100 km/h et même encore des marées de tempêtes comme lors d’un ouragan. Ce ne sont pas des systèmes à prendre à la légère. Ils sont seulement différents de leurs cousins les ouragans.

Pierre-Marc Doucet.

Publicités

Chasse d’orage – 23 juillet 2016

Texte : Marie-Maude Leduc

Photos : Mathieu Lussier

Le 23 juillet, un scénario météo s’annonçait intéressant pour notre chasseur Mathieu Lussier. En effet, Environnement Canada avait émis des veilles et des alertes d’orages violents pour le secteur de Montréal.

Déjà à 10h, Mathieu était prêt. Comme il observait de la convection vers Rawdon, Mathieu a décidé de se rendre sur l’autoroute 30 entre Varennes et Verchère.

Aux alentours de 11h55, une magnifique cellule s’est formée et Mathieu a eu droit a un magnifique shelf cloud, le tout agrémenté d’un ciel turquoise hors du commun. L’orage se déplaçait à une vitesse phénoménale vers Saint-Hyacinthe avant de changer de direction vers le sud.

La chasse s’est terminée pour Mathieu lorsque les orages ont passé sur la rive-sud.

 13699999_10154410168489365_5013792081216193007_n13700227_10154410169269365_4697683071423013740_n13754354_10154410230169365_2849865399717933923_n13769546_10154410169544365_2408252620299558364_n13781867_10154410168904365_6087105121819454010_n

Chasse d’orage – 22 juillet 2016

Texte et images : Mathieu Bordage

 

Le 22 juillet, le risque d’orage était très présent sur les secteurs de Québec, de la Beauce et de Lotbinière. En matinée, Environnement Canada avait émis des veilles d’orages violents pour les secteurs de Québec, de la Beauce, de l’Estrie, de la Mauricie et de Drummondville avec une mention de risque de tornade.

13815199_10154406915654365_1563435902_n

Mathieu Bordage était situé près de Saint-Appolinaire vers 11h où déjà plusieurs orages forts frappaient la région.

13838438_10154317352848926_1937337631_o

Voici une première image radar de la cellule qui montrait déjà quelques signes de rotation. Mathieu s’est rendu ensuite à St-Agapit (village que cette cellule a traversé) où il pu constater qu’une maison avait été touchée.

IMG_7844IMG_7846

13840630_10154317352753926_1306536736_o

En peu de temps, de nouvelles cellules se sont formées et elles gagnaient en force. Ces nouvelles cellules ont pris forme dans les mêmes secteurs mentionnés plus haut. À peine quelques minutes après la formation des cellules, Environnement Canada avait émis une alerte de tornade pour le secteur de Sainte-Marie de Beauce. Au final, la ville n’aura pas été frappée d’une tornade. Par contre, BEAUCOUP d’eau est tombée ! Voici quelques photos prises suite aux orages violents qui ont frappé Sainte-Marie.

IMG_7851IMG_7852IMG_7854IMG_7855IMG_7857IMG_7858IMG_7859IMG_7868IMG_7869IMG_7871IMG_7872IMG_7874IMG_7876IMG_7879IMG_7882IMG_7884

 

Chasse d’orage – 18 juillet 2016

Texte et images : Mathieu Bordage

Au départ, tout laissait présager une chasse plutôt calme. Environnement Canada avait émis des veilles d’orages pour une bonne partie de la rive sud du fleuve. Rapidement, le SPC (Storm Prediction Center) aux États -Unis ont aussi placé des veilles d’orages violents dans les États du Maine, du Vermont, du New-Hamshire et de l’état de  New-York.

IMG_7738

Un départ de St-Gilles (sur la rive-sud de Québec) vers Ste-Croix me permit d’intercepter la ligne d’orages près de Neuville sur la rive-nord du fleuve. Environnement Canada avait émis une alerte d’orages violents pour plusieurs secteurs au Québec.

IMG_3791IMG_3807IMG_3810IMG_3817

Seulement une heure plus tard, de retour sur la rive-nord à la hauteur du Boulevard Champlain, le soleil était déjà de retour et le ciel parsemé de magnifiques mammatus.

 

IMG_3829IMG_3839IMG_3853IMG_7757

Ensuite, une 2e ligne d’orages s’est formée au nord de Québec dans la région de Portneuf où  plusieurs dommages ont été observés près de Saint-Basile. J’ai ensuite émis un rapport chez Environnement Canada qui a par la suite confirmé qu’une micro rafale produisant des vents pouvant aller jusqu’à 120 km/h avait frappée la région !  IMG_3859IMG_3864IMG_7765IMG_7767IMG_7772IMG_7774IMG_7779

 

 

Chasse d’orage – 11 juillet 2016

Lundi vers 15h30, une forte cellule orageuse s’est formée près de l’Ange-Gardien dans la région de Québec. Déjà après quelques minutes, cette cellule montrait des signes de forte pluie, de la grosse grêle et présentait même une faible rotation.

13711584_10154289468913926_1268218688_o

Vers 16h15, Mathieu Bordage quitta St-Gilles de Lotbinière (35 minutes de Québec) pour se rendre sur la rive-sud de Québec (Lévis). Déjà sur l’autoroute 20, à la sortie de la route de l’Allemand, il pouvait observer un wall-cloud (nuage-mur).

IMG_3595

Quelque minutes plus tard, il se rendait sur le bord du fleuve à Beaumont sur la route 132 où il a pris ces quelques photos.

13664853_10154283582478926_1754753983_n

Grêle, vent fort et surtout beaucoup de pluie !

IMG_3602IMG_3626IMG_3637IMG_3659IMG_3661IMG_3666

Et pour terminer.. Un magnifique coucher de soleil sur Québec.

IMG_3679IMG_3673IMG_3678

Tornade EF2 au Lac-Verne: Analyse et statistique des cas de fortes tornades au Québec

Crédit photo: Claude Gaudreault

Lors de la journée du 20 Juin 2016, la Québec a subi plusieurs orages violents avec un vigoureux système. Nous avons d’ailleurs chassé lors de cette journée et voici le résumé ainsi que l’analyse de notre journée de chasse: Chasse du 20 Juin 2016

Dans la soirée du 27 Juin, Environnement Canada a confirmé qu’une tornade de force EF2 avec des vents estimés à 190 km/h avait touché terre le 20 Juin à Lac-Verne, au nord-ouest de La Tuque en Haute Mauricie. Deux personnes ont d’ailleurs été gravement blessés suite à l’effondrement de leur chalet qui a été touché par la tornade (photos du haut). Heureusement, ils sont hors de danger à présent.

Les conditions étaient assez propices sur la province pour que des tornades se produisent lors de cette journée. Cependant, le fait qu’une forte tornade ait été rapporté demeure un peu plus discutable à première vue, compte tenu de la nature de l’environnement en place.

Il faut savoir qu’en plus de l’échelle de Fujita amélioré qui classifie les tornades de EF0 à EF5, il existe une espèce de classement non officiel qui désigne les tornades comme suit: EF0-EF1: tornade d’intensité faible, EF2-EF3: tornade d’intensité forte, EF4-EF5: tornade d’intensité violente. Au Québec, les plus fortes tornades enregistrées ont été des EF3.

Voici donc une petite analyse, sans prétention car je suis avant tout un chasseur d’orages et un pur passionné de météorologie, qui tentera de faire comprendre comment cet évènement est survenu. Le climat du Québec et des plaines américaines est différent, je vais d’abord tenter d’expliquer un peu les différences entre les deux en démontrant des indices importants pour la formation des tornades. Mais tout d’abord, voici comment les super-cellules se forment.

Les références et les liens pour retrouver plusieurs ingrédients requis seront inclus principalement à la fin de l’article.

Ingrédients requis pour la formation des super-cellules.

La grande majorité des tornades proviennent des orages super-cellulaires.

Par définition, une super-cellule est un orage avec un mésocyclone persistant. Le mésocyclone est tout simplement le courant ascendant de l’orage qui est en rotation. Nous avons besoin de 4 ingrédients clés pour la formation de ce type d’orages;

-Instabilité

-Humidité

-Soulèvement

-Cisaillement

Prenons chacun de ces ingrédients un à un en commençant par l’instabilité. Il s’agit tout simplement de la mesure d’énergie convective potentielle des courants ascendant aussi appelé CAPE (j/kg). Une atmosphère peut être instable de plusieurs façons, avec une dépression qui arrive et refroidit l’air en hauteur (lapse rates) alors que l’air est toujours chaud et humide au sol par exemple (présence d’une couche de mélange surélevé, où elevated mixed layer en anglais). Le réchauffement diurne joue un grand rôle aussi. Plus la température et l’humidité sont élevées au sol et plus rapidement ils diminuent dans la moyenne atmosphère, plus le potentiel convectif est important. Pour les orages, dépendant du setup en place, l’énergie n’est pas obligée d’être très élevé. Des valeurs de CAPE de 500 à 1000 peuvent parfois suffire pour soutenir de bons courants ascendants. Cette affirmation est particulièrement vraie au Québec, comme nous le verrons plus loin.

L’humidité joue un rôle important pour l’énergie, mais aussi pour la hauteur de la base des nuages, le type de super-cellules possibles entre autres. Tous ces points sont importants pour identifier un potentiel tornadique. Une base trop élevée des nuages a tendance à réduire le risque alors que trop ou pas assez d’humidité aussi. Un écart de 5 à 10°C (10-20°F) entre le point de rosée et la température est généralement l’idéal. La profondeur de l’humidité dans la couche limite planétaire (Planetary boundary layer) est aussi importante puisqu’un écart rapide de l’humidité relative en montant dans l’atmosphère risque de créer un refroidissement par évaporation sous la base des orages. Le risque de micro-rafales en sera augmenté, mais le risque de tornade, lui, diminué car la température de l’air ambiant ne doit pas être trop froide par rapport à la température de l’air entrant dans l’orage pour la formation tornadique (réf: https://www.weather.gov/bmx/outreach_microburstshttp://www.srh.noaa.gov/ama/?n=microbursts ) . Une trop grande humidité aura aussi comme effet de favoriser les super-cellule à haute précipitation.

Le soulèvement est ce qui va créer un mouvement vers le haut de l’air. Un front, un creux, des outflows boundaries, une dryline (USA seulement), la convergence de vents au sol, la divergence amenée par un courant-jet, des montagnes… Bref la liste est longue, nous verrons plus en détail certains de ces phénomènes plus loin. Mais pas de soulèvement, pas de courant ascendant, donc pas d’orages. Les drylines sont très prisées dans Tornado Alley puisque ce type de soulèvement n’apporte pas les inconvénients d’un front froid et si les orages s’éloignent assez d’elles dans un bon environnement, l’humidité disponible pour les orages risque d’être mieux balancé. Ce type de phénomène n’existe pas au Québec. Rappelons que la plupart du temps, l’interaction entre cellules orageuses ne favorise pas la genèse tornadique, sauf dans certains cas spécifiques. Donc, deux autres aspects sont très importants par rapport au soulèvement, la direction dans lequel les vents proviennent et vers où ils soufflent. L’alignement du vecteur de cisaillement profond (0-6 km) et celle du vecteur des vents des enclumes orageuses en haute altitude (9-11 km) sont alors importants. Il est préférable que ceux-ci soient alignés de façon perpendiculaire (90°) par rapport à la frontière de soulèvement pour que les orages restent isolés. Lorsque les deux sont alignés entre 45 et 90°, un mode d’orages isolés restera favorisé. Si les deux sont assez parallèles à la frontière d’initiation (moins de 45°), un mode d’orages linéaires sera favorisé. Il arrive aussi que l’un des deux soit perpendiculaire et l’autre parallèle, à ce moment, un mode mixte est possible, donc des orages isolés et linéaire, ou qui peuvent parfois commencer isolés pour ensuite se transformer en ligne. Lorsque les vents des enclumes sont plutôt parallèles, cela peut entrainer des précipitations dans le courant ascendant des orages en amont et limiter le potentiel de tornades.

Finalement, l’ingrédient maitre pour la formation des super-cellules est le cisaillement des vents. Il en existe deux types. Le cisaillement en vitesse et le cisaillement directionnel.

Le cisaillement en vitesse est la différence entre la force des vents au sol et celle en moyenne altitude.

Speed

Les vents plus faibles au sol et plus fort en altitude contribuent à créer un effet de rouleau compresseur dans l’air et sera relié à la formation du mésocyclone de moyen niveau plus tard. Il s’agit d’une forme de vorticité. Pour voir si on a un potentiel de super-cellule, on regarde la plupart du temps le cisaillement en vitesse entre la surface et 6 kilomètres de hauteur (0-6km). Le minimum requis est d’environ 30 noeuds et l’idéale se situe à 40 noeuds. On calcule ce paramètre en prenant la vitesse des vents à 6 km et en soustrayant à la vitesse de surface. Par exemple, si on a des vents de 45 noeuds à 6 km et des vents de 5 noeuds au sol on fait 45-5 = 40 noeuds pour le cisaillement 0-6 km.

Il s’agit d’une mesure importante pour la rotation mais aussi pour que le courant ascendant ne soit pas noyé dans les précipitations de l’orage. Si vous avez une différence de vents trop faible entre la moyenne altitude et la surface, les précipitations tomberont directement dans le courant ascendant ce qui l’étouffera et mènera à la mort de l’orage. Voilà pourquoi il est préférable d’avoir au minimum 30 noeuds de différence.

Passons maintenant au cisaillement directionnel. Il s’agit du changement de direction des vents avec la hauteur.

directionnel

Sur cet exemple, nous avons des vents de surface en provenance du sud-est alors que plus on monte en altitude, ils passent sud-ouest pour finalement venir de l’ouest plus en hauteur. On a ici un bon cisaillement directionnel qui va induire encore plus de tourbillon, surtout dans les 3 premiers kilomètres de l’atmosphère. Il s’agit de l’hélicité, et c’est un indice important pour la formation du mésocyclone de bas niveau. On peut même seulement regarder le cisaillement entre 0-1 km car celui-ci est souvent le meilleur discriminateur pour voir le potentiel tornadique. Le vent courbe beaucoup en montant dans l’atmosphère avec ce genre de profil ce qui est parfait pour la formation des tornades.

Exemple d’un profil de vent courbé dans les premières couches atmosphériques. (Atmosphère hypothétique menant à la tornade EF2 du Lac-Drolet le 1er Aout 2006)

Lac Drolet

Cependant, imaginer que les vents soient pratiquement tous de la même direction, disons du sud-ouest. Nous aurions toujours du cisaillement en vitesse, mais pas en direction, on appelle ce profil cisaillement unidirectionnel. Il est toujours possible d’avoir des super-cellules mais le risque d’interaction entre celles-ci est beaucoup plus grand car cela augmente le risque de séparation des courants ascendants. Aussi, en séparant les courants ascendants, l’environnement ajoute une étape de plus pour que le mésocyclone se forme avec un tourbillon entrant directement dans celui-ci. Quand les orages interagissent trop ensemble, ils ont aussi tendance à devenir linéaire. Ces orages produisent plus rarement des tornades.

Exemple d’un profil de vent linéaire.

linéaire

Bref, voici donc ce que ça donne lorsqu’on met tout ça ensemble.

Cisaillement

Nous avons donc notre rouleau compresseur qui tourne, encore plus de tourbillon au sol produit par le cisaillement directionnel et un courant ascendant qui redresse le tout de façon verticale dans le nuage d’orage qui se sera formé car l’atmosphère est instable et humide. Les précipitations se forment ainsi que le mésocyclone de moyen niveau, les courants ascendants et descendants entre en interaction. Cela crée un effet d’étirement vers le bas. Si l’hélicité est suffisante, la rotation du mésocyclone de bas niveau deviendra plus forte et cela peut engendrer une tornade !

Parfois, les ingrédients sont là, mais il ne se passe rien.

Il existe aussi des moments ou, même si tous les ingrédients sont réunis, il ne se passera pas grand-chose ou bien la super-cellule ne produira tout simplement pas de tornade. C’est le cas notamment lorsque nous avons affaire à un CAP, ou si vous préférez une inversion de température.

Graphique (téphigramme) montrant une inversion de température ou CAP.

cap

Plus on monte en altitude, plus la température se refroidi, normalement. Cependant il arrive des moments ou la température à la surface est beaucoup plus froide qu’en altitude. Cela arrive souvent lorsqu’il fait chaud et que, quand le soleil se couche, la température commence à refroidir à la surface, mais la chaleur prend beaucoup plus de temps à partir un peu plus haut en atmosphère.

L’air chaud doit monter pour se condenser et réaliser son potentiel de convection. Cependant si la parcelle d’air qui monte rencontre de l’air encore plus chaud qu’elle, elle cessera de se soulever et rien ne se passera si cela dure trop longtemps. Comment une inversion s’érode-t-elle ? Soit par le réchauffement diurne, donc que les températures augmentent graduellement vers la surface, ou bien par le refroidissement en moyenne altitude, ce refroidissement vient souvent de l’approche d’une dépression.

Le CAP est une lame à double tranchant. Il est en fait préférable d’en avoir un peu, mais pas trop. Une trop grosse inversion empêchera toute convection, tandis qu’aucun CAP dans un environnement instable favorisera trop l’interaction des orages ce qui diminue le potentiel de temps violent. L’idéale, c’est le principe de la casserole pleine d’eau bouillante. Quand le couvercle est dessus, la vapeur ne peut pas monter. Quand il n’y a aucun couvercle, la vapeur s’échappe sans retenue. Quand il y a un couvercle, mais qu’on enlève celui-ci après un certain temps, à ce moment la vapeur monte en explosant. Il se passe la même chose avec les orages, qui ont alors tendance à devenir violents et rester plus isolés dans ce dernier scénario.

Il va aussi arriver que des super-cellules prennent naissance, mais qu’elles ne produisent pas de tornades. En fait, seulement quelque 25-30% des orages super-cellulaires produiraient des tornades. La science tente encore d’élucider ce mystère, pourquoi certains orages en produisent, alors que d’autres non ? Il y a une petite piste du coté du RFD cependant, le RFD est le Rear Flank Downdraft de la super-cellule, ce sont des courants descendants qui proviennent des hauteurs de l’orage et qui sont un peu plus froids et secs que l’air ambiant. Il est situé derrière le courant ascendant en rotation (mésocyclone) de la super-cellule.

Apprenez en plus sur l’aspect visuel et radar du RFD avec ces 2 articles: Analyse visuelle d’une supercellule classique

Différence entre un front de rafales et un mésocyclone

Il semblerait que si le RFD soit plus froid d’environ 5°C que l’air ambiant au sol, cela serait suffisant pour empêcher la naissance d’une tornade. Plusieurs facteurs peuvent jouer la dedans, comme trop de précipitation dans le RFD ou que ce soit trop sec. Si les orages se forment trop près d’un front froid et que celui-ci bouge rapidement… Bref il faut toujours avoir une certaine balance.

Quelques autres indices sont aussi révélateurs du potentiel tornadique. Le LCL, le LFC et le 0-3 km CAPE. Prenons les un à un en commençant par le LCL.

Le LCL, où « lifting condensation level », est l’endroit en altitude ou la base des nuages va commencer à se former. Cet indice, mis en relation avec la hauteur de la topographie, est pratique pour voir si la distance entre le sol et la base des nuages sera grande. Il est généralement reconnu que cette distance ne doit pas dépasser 1000-1200 mètres car la formation d’un tourbillon qui atteindra le sol sera comprise.

Le LFC, où « level of free convection », est l’endroit ou la parcelle d’air bouillante va pouvoir monter sans embuche. La zone entre le LFC et le LCL est souvent considérée comme un CAP. Cet indice sera pratique lorsque mis en relation avec le CAPE 0-3 km.

Le CAPE 0-3 km est la quantité d’énergie disponible dans les 3 premiers kilomètres de l’atmosphère. Un fort CAPE 0-3 km (environ 50 J/kg) est en place particulièrement lorsque le LFC et le LCL sont assez bas. Quand cet indice est relativement fort, cela permet un meilleur chevauchement entre la vorticité horizontale (créé par le fameux cisaillement des vents en vitesse et en direction) et l’initiation du courant ascendant. La circulation du mésocyclone de bas niveau en bénéficiera puisque la force du courant ascendant sera aussi rehaussée et créera un meilleur étirement vertical. Cet étirement, mis en relation avec le RFD qui descend et s’enroule dans le courant ascendant, a aussi souvent été mis en cause pour la formation des tornades. Les deux phénomènes, en interagissant ensemble, introduisent aussi une augmentation rapide de la rotation, un peu comme un patineur de vitesse qui se replie sur lui-même. La tornade prend alors forme.

tornade air chaud froid

Quelques statistiques sur la formation des tornades aux USA et au Québec.

La formation des super-cellules et des tornades requiert donc certaines bases. Évidemment, il existe une différence entre le climat des plaines américaines et celui du Québec.

Voici donc quelques donnés sur plusieurs ingrédients qui servent souvent de discriminateur sur le potentiel tornadique des orages. Le CAPE, l’hélicité 0-1 km, l’hélicité effective 0-1 km, le cisaillement profond 0-6 km, l’indice d’énergie vs hélicité o-1km, les vents 4-6 km, le « supercell composite » ainsi que le « significant tornado parameter ». Il faut cependant toujours se rappeler de ne jamais utiliser ces indices seuls pour donner un potentiel. Voici une petite explication concernant les graphiques suivants.

La ligne du bas représente le nombre de cas répertorié par le Storm Prediction Center de Norman en Oklahoma sur différents évènements. Dans le cas qui nous intéresse, je me suis limité à comparer les tornades significatives (sigtor ou EF2+). Les échelles sur la gauche représentent les différentes valeurs des indices que nous observerons.

Dans les graphiques, les boîtes grises, les chiffres noirs ainsi que les lignes noires verticales représentent les cas soumis par le SPC. Les boîtes représentent les moyennes générales avec la moyenne inscrite à l’intérieur. Les lignes noires verticales sont les cas  plus atypiques avec respectivement les cas maximaux et minimaux enregistrés.

Les boîtes orangées et rouges ont été ajoutés par moi. Ils représentent les cas Québécois. J’ai analysé les 17 cas des journées enregistrés avec des tornades EF2+ au Québec depuis 40 ans. J’ai bâti des téphigrammes et hodographes de chaque journée à l’aide du logiciel SHARPpy ainsi que de toutes les données archivées disponibles de ces journées avec l’aide du Storm Prediction Center, de Météocentre, des archives d’Environnement Canada ainsi que des archives du site de l’université du Wyoming. J’ai utilisé les cartes de surface, de 925mb, 850mb, 700mb, 500mb, 300mb et 250mb ainsi que les téphigramme et hodographe environnant pour extrapoler le tout et donner une idée de ce à quoi l’atmosphère pouvait ressembler un peu avant les évènements tornadiques. Vu la quantité d’évènements limité au Québec par rapport aux USA, il faut tempérer un peu les donnés. Cependant il existe tout de même des tendances en similitudes et parfois en différences.

Les boîtes orangées représentent donc les moyennes générales avec la barre centrale orange qui représente la moyenne. Les extensions rouges représentent les cas plus atypiques avec respectivement les cas maximaux et minimaux enregistrés.

cape mod

Le CAPE représente certainement l’indice qui montre le plus de différence entre les données Américaines et Québécoise. Comme on peut le voir sur le graphique ci-haut, il semble que les cas de fortes tornades ne requièrent pas autant d’énergie ici que chez nos voisins du sud.

srh1 mod

L’hélicité est la quantité mathématique dérivée du cisaillement en vitesse entre une certaine hauteur, du cisaillement en direction entre une certaine hauteur ainsi que de la force et de l’alignement des vents de bas niveau par rapport aux deux autres variables qui sont ingérés dans le courant ascendant d’un orage. Le résultat est en mètre-seconde (m2s2). L’hélicité entre 0-1 km dans l’atmosphère est souvent reconnue comme un bon indice pour la formation des tornades.

Sur le graphique du haut, on remarque donc que les quantités recueillies pour chaque cas Québécois sont assez bien alignés avec les cas Américains. L’hélicité semble donc jouer un rôle plus important que le CAPE dans la climatologie du Québec.

Il est aussi important de savoir que le sens de déplacement et la vitesse des orages jouent un rôle sur la quantité d’hélicité ingérée dans le courant ascendant. Les orages « right mover » ou qui se déplacent vers la droite du vecteur de cisaillement profond sont généralement favorisés pour la formation des tornades. Tout cela a été pris en compte dans les calculs.

esrh mod

L’hélicité effective (ESRH) elle représente la même chose mais en tenant compte de l’endroit où les courants ascendants deviennent absolument instables, donc souvent un peu plus haut en altitude. Il est aussi souvent utilisé pour faire la différence entre les orages tornadiques ou non, voir la profondeur de l’hélicité et dans les cas d’orages surélevés.

Encore une fois, on peut voir des similitudes entre les deux endroits.

ehi1

L’indice EHI, Energy Helicity index, ou indice d’énergie vs hélicité est aussi souvent utilisé pour reconnaitre un environnement favorable aux tornades. La formule est simple, xCAPE * ySRH / 160 000. Dans le cas de ce graphique, le mlCAPE et l’hélicité 0-1km sont utilisés donc la formule est le mlCAPE * 0-1km SRH / 160 000. Le terme « ml » veut dire « Mixed Layer ».

On peut y voir une certaine tendance qui regroupe le fait que généralement il y a moins de CAPE dans les évènements Québécois, mais que l’hélicité rétablit un peu la moyenne.

Il faut aussi savoir que pour être valide, la super-cellule doit se former dans la zone ou l’indice a été calculé. Voici aussi un barème général pour reconnaitre le danger potentiel associé. Comme vous pouvez voir, il existe tout de même certaines disparités avec le graphique du haut. Il ne faut pas utilisé cet indice seul.

EHI: 0-1: Potentiel de supercellule.

EHI: 1-5: Tornades fortes possibles (EF2/EF3)

EHI: 5+: Tornades violentes possibles (EF4/EF5)

shr6 mod

Le cisaillement profond, entre 0-6 kilomètres est utile pour voir la formation de super-cellule et du mésocyclone de moyen niveau. On le calcule en soustrayant les vents à 6 km par les vents au sol. Exemple: Nous avons des vents de 45 noeuds à 6 km et de 5 noeuds au sol. 45-5 = 40. Notre cisaillement 0-6 km est de 40 noeuds.

Dans ces cas-ci, pratiquement tout concorde, on remarque cependant que cela concorde bien avec les super-cellules qui ont aussi donné des faibles tornades et qui n’en ont pas produit. Cet indice est donc bon pour évaluer le potentiel de super-cellules, mais peut-être moins spécifiquement pour les tornades.

46sr mod

La différence des vents entre 4-6 km dans l’atmosphère semble aussi jouer un rôle selon certain. Cependant les études plus récentes tendent à démontrer que cet indice n’a pas tant d’incidence. Il est généralement reconnu qu’une différence de 15 noeuds et plus est préférable pour les super-cellules tornadiques.

J’ai voulu l’inclure seulement parce que dans les cas du Québec, il semble y avoir aussi une différence plus notable. Ce pourrait-il qu’avec cette différence de vent plus fort, le mésocyclone de moyen niveau augmente un peu en force et entraine un effet domino avec la rotation ? Ce mécanisme compenserait peut-être pour l’énergie souvent plus faible ? Il s’agit là d’une hypothèse seulement.

scp mod

Le « Supercell Composite Parameter » ou SCP, est un calcul qui inclut plusieurs ingrédients et sert à représenter un environnement qui supporte des super-cellules « right mover ». Le calcul prend en ligne de compte le muCAPE, le ESRH ainsi que la EBWD (Effective Bulk Wind Difference) qui est un autre calcul de différence des vents en altitude. Sa formule va comme suit (amusez-vous !). Le terme « mu » veut dire « most unstable ».

SCP = (muCAPE / 1000 J kg-1) * (ESRH / 50 m2 s-2) * (EBWD / 20 m s-1)

L’EBWD reste divisé par 20 dans la plage entre 10-20 ms-1. À moins de 10 ms-1 on le met à 0 alors qu’à plus de 20 ms-1 on le met à 1.

La corrélation entre le côté Américain et Québécois est encore assez visible, quoique la moyenne générale semble un peu plus basse dans notre climat.

stp mod

Voici un autre paramètre qui comporte plusieurs indices. Le STP ou « Significant Tornado Parameter ». Cet indice indique encore l’environnement favorable aux super-cellules, mais aussi aux tornades significatives (EF2+). Plus le chiffre est élevé, plus la concordance de tous les ingrédients pour former l’indice est grande.

L’indice comprend le calcul entre l’EBWD, l’ESRH, le mlCAPE, le mlLCL et le mlCIN. Le CIN est tout simplement la mesure contraire au CAPE, donc l’énergie inhibitive de convection souvent reliée au CAP ou de l’air plus frais/froid, donc plus dense et qui n’est pas favorable à la convection.

La formule va comme suit, encore une fois, amusez-vous bien !

STP = (mlCAPE / 1500 J kg-1) * ((2000 – mlLCL) / 1000 m) * (ESRH / 150 m2 s-2) * (EBWD / 20 m s-1) * ((mlCIN + 200) / 150 J kg-1)

La majorité des tornades significatives (EF2+) sont associées à une valeur de 1.0 en montant. Encore une fois, on peut voir une concordance assez intéressante entre les valeurs Américaines et Québécoises, avec une moyenne générale légèrement plus basse encore une fois.

Pour conclure ces petites statistiques, on peut dire que de manière générale la quantité d’énergie disponible dans l’atmosphère semble avoir un rôle moins important que la quantité d’hélicité disponible dans notre climat versus le climat des plaines américaines. Certaines études américaines tendent à montrer le tout aussi avec des résultats similaires pour différentes régions du CONUS (Continental United States).

Analyse de la journée du 20 Juin.

Tout d’abord, la région avait déjà subi des orages dans la soirée et la nuit précédant l’évènement. Les orages ont souvent tendance à laisser des « outflow boundary » (OFB). Ces phénomènes sont en réalité des zones de température un peu plus fraiche laissée par les courants descendants des orages. Il est aussi reconnu que ces zones favorisent localement le tourbillon disponible dans l’atmosphère en augmentant un peu la vorticité disponible puisque l’air chaud circule autour de l’air plus frais qu’elles produisent.

Voici donc deux images satellites prises au matin du 20 Juin, montrant des zones possibles d’outflow boundary. Elles sont indiquées par les flèches blanches. Les OFB sont remarquables au satellite visible souvent par leur zone sans nuages qui est nette et sont souvent assez linéaires.

Dans ce cas-ci, la région de Lac-Verne était tout près. Est-ce que ces possibles OFB ont joué un rôle un peu plus tard dans la journée pour augmenter localement la rotation dans les bas niveaux de l’atmosphère ? Peut-être.

En regardant les images radars de la journée, j’ai pu déterminer que l’orage pointé par la flèche rouge sur l’image ci-dessous était fort probablement celui qui a causé la tornade. Malheureusement, avec la mauvaise couverture radar dans ce secteur, il s’agit de la meilleure image que j’ai trouvé sur le web. L’étoile blanche représente la position approximative de Lac-Verne, elle est aussi indiquée avec la flèche blanche.

mcgill mod

 

Imagerie satellitaire visible, potentiellement peu avant la tornade.

Lac Verne

Cet orage faisait partie d’un complexe qui montrait les caractéristiques d’orages semi-isolés (mode mixte). C’était prévu ainsi puisqu’au courant de cette journée, le vecteur des vents du cisaillement profond 0-6 km allait être alignés environ à 45° de la frontière d’initiation (le front froid), ce qui est encore bon pour les orages isolés. Cependant le vecteur des vents 9-11km lui allait monter en direction nord et être très parallèle au front ce qui favorise beaucoup les précipitations dans les courants ascendants des orages et éventuellement la formation de lignes orageuses.

D’ordinaire, pour les tornades il est préférable que les orages n’interagissent pas trop ensemble. Dans certains cas beaucoup plus spécifiques, cela peut leur être bénéfique (réf: https://ttu-ir.tdl.org/ttu-ir/handle/2346/15608 ), mais vu le peu d’information disponible avec les radars dans ce cas-ci, il est difficile de spéculer. Il reste possible que nous avions à faire à des super-cellules semi-isolées.

La zone était aussi sous l’influence d’un solide creux en altitude où des poches de vorticité étaient présentes. Cela aide grandement pour la formation de tourbillon dans l’atmosphère.

vorticity

En regardant aussi le profil atmosphérique potentiel ce soir là, on se rend compte que plusieurs paramètres pour le temps violent étaient présents. Voici le téphigramme et l’hodographe observé à Maniwaki, dans la soirée du 20 Juin. Je l’ai un peu modifié avec les observations pour représenter ce qui pouvait se passer un peu plus près de la Haute Mauricie, un peu avant l’évènement.

MANIWAKI 20 JUIN mod

Le graphique de gauche représente une coupe verticale de l’atmosphère. La ligne rouge représente la température. La ligne verte, la température du point de rosée, donc l’humidité. Sur la droite, on y retrouve la direction des vents et à la gauche complètement la hauteur en pression et en kilomètres avec l’altitude.

Le graphique du coin supérieur droit est un hodographe. Celui-ci représente une coupe verticale des vents en altitude avec le sens du déplacement des orages. Ce graphique est très pratique pour voir le profil de cisaillement et voir s’il y a beaucoup de rotation (hélicité) disponible pour la formation de tornades.

On peut remarquer sur le graphique de gauche qu’il n’y avait pas beaucoup d’énergie disponible. On parle d’environ 895 de CAPE. Les points de rosée n’étaient pas très élevés, quoique la végétation dans ce coin soit quand même plus importante. L’écart entre les températures et le point de rosée était donc très limite mais encore correcte. Aussi, on sait maintenant qu’au Québec, la quantité d’énergie est un peu moins nécessaire pour la formation des tornades.

L’hélicité cependant sur le graphique de droite, semblait pas mal. On peut remarquer que le profil semble un peu linéaire, mais le vecteur de « right mover » ainsi que la vitesse de déplacement très rapide des orages ont tout de même donné une quantité d’hélicité intéressante: 197 m2s2 pour le 0-1 km et 207 m2s2 pour l’hélicité effective.

Un autre fait intéressant à observer maintenant. Si on se concentre sur l’hodographe, j’ai ajouté l’alignement du front et sa vitesse de déplacement (ligne brune). J’ai aussi pointé le sens de déplacement et la vitesse prévu des orages dans cet environnement. Remarqué aussi la ligne bleue (cisaillement 0-6 km) et rose (vent de 9-11 km) qui partent de la ligne brune. Ce sont les vecteurs qui servent à déterminer, en corrélation avec d’autres mécanismes comme la force de l’inhibition convective, si les orages auront des tendances isolées, linéaires ou mixtes.

MANIWAKI 20 JUIN mod BDN exp

Nous avions un front froid orienté sud-sud-ouest/nord-nord-est qui avançait à environ 30 noeuds. Nos orages eux, avaient le potentiel d’avancer rapidement, à  environ 49 noeuds. Cela peut paraître anodin comme information, mais les fronts froids, avec l’air plus dense qu’ils apportent des hauteurs, sont reconnus pour venir couper l’influx d’air chaud dans la couche limite planétaire. Les orages coupés de leur influx d’air chaud auront tendance à devenir « outflow dominant » et le risque de tornade devient quasiment nul puisque vous enlever une partie importante de l’équation pouvant mener à la genèse tornadique.

Si des orages se forment trop près des fronts froids ou qu’ils se font rattraper par ceux-ci. Le scénario d’une tornade devient donc moins probable. Dans le cas de notre évènement. Il semble que notre orage ne se soit pas formé trop près du front et que celui-ci avec sa vitesse de déplacement plus lente que celles des orages, la genèse tornadique avait plus de chances de se produire.

Voilà pourquoi n’importe quelle zone de convergence des vents qui sert d’initiation, comme un creux, une dryline, une zone montagneuse et etc, est plus favorable pour la formation des tornades. Les fronts chauds eux, ne sont généralement pas de très bonnes sources d’initiation, mais si des orages super-cellulaires interagissent avec eux, l’hélicité s’en trouve souvent rehaussée. Ce n’était pas le cas lors de cette journée par contre.

Un autre facteur sur lequel je voudrais attirer l’attention est l’élévation et la topographie de l’endroit.

La région est située à environ 400 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il ne s’agit pas d’une élévation incroyable, j’en conviens. Il est par contre prouvé que lorsque le terrain devient plus haut, les points de rosée au sol n’ont pas à être aussi élevé pour produire des tornades. Je l’ai moi-même vécu lors de chasses dans les hautes plaines américaines ou dès que les points de rosée atteignent aussi peu que 50°F (10°C), le risque tornadique augmente avec des super-cellules. Il faut noter que les hautes plaines sont cependant à plus de 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Cependant, si on prend en note que la hauteur de la base des nuages (LCL) prédit par le téphigramme plus haut était d’environ 1250 mètres et qu’on compare à d’autres endroits avec un taux d’humidité semblable et une élévation de 200 mètres de moins, par exemple, la distance pour qu’un tourbillon puisse toucher le sol reste meilleure dans le cas du Lac-Verne. Si notre LCL est de 1250 et notre élévation du sol est à 400 mètres, 1250 – 400 = 850. En réalité la base de notre nuage sera à 850 mètres du sol. À Maniwaki (aéroport), le même LCL donne une élévation de 1250 – 200 = 1050 mètres au-dessus du sol par exemple.

N’oublions pas aussi qu’un écart moins grand entre le sol et la base des nuages limite le refroidissement par évaporation, donc cela risque de moins gêner la formation d’une tornade.

Lac-Verne est aussi situé dans une petite vallée, comme en témoigne l’image suivante.

topo

Les tornades sont des phénomènes à très petites échelles, elles peuvent donc facilement être influencées par des microclimats. Les vents lors de la journée du 20 Juin étaient majoritairement du sud-ouest. Cependant, serait-il possible que très localement, avec l’effet de canalisation et l’axe de la petite vallée où est située la région, que les vents en place étaient d’origine plus sud-sud-est ? Cela a pu contribuer à augmenter localement l’hélicité, donc le potentiel d’une plus forte tornade.

Aussi, les terrains très accidentés semblent avoir un effet sur la force et la rotation des mésocyclones. Lorsqu’un mésocyclone rencontre une soudaine dénivellation vers le bas, cela aurait tendance à augmenter encore une fois l’étirement et amener le resserrement du courant ascendant ce qui a comme effet d’augmenter la vitesse de rotation (vorticity stretching) (ref: Kathryn A. Prociv / ustornadoes.com / https://theses.lib.vt.edu/theses/available/etd-05092012-094035/unrestricted/Prociv_KA_T_2012.pdf).

Je vous propose maintenant de voir les indices dont j’ai parlé tantôt, mis en relation avec cet évènement particulier. Les lignes horizontales et chiffres de couleur rouge vin représentent les valeurs pour le cas étudié ici.

Notre évènement se situe donc dans la basse moyenne pour ce qui est du CAPE., de l’indice d’énergie vs hélicité (EHI) et du Supercell Composite Parameter. Il se situe dans la moyenne pour l’hélicité 0-1 km, l’hélicité effective et le cisaillement profond 0-6 km.

Il se situe dans la marge d’exception des valeurs basses pour l’indice du Significant Tornado Parameter. Il se situe dans la haute, voir très haute moyenne, pour les vents entre 4-6km.

En conclusion, on peut donc dire que notre évènement, statistiquement parlant, était plutôt dans les moyennes, peut-être un peu basses, que nous serions en droit de nous attendre pour avoir un rapport de tornade forte au Québec. Pour la climatologie Américaine cependant il s’agirait plus d’un évènement dans la très basse moyenne.

Lorsqu’on regarde l’ensemble de tous les paramètres en place lors de cette journée, le potentiel de tornade était présent. Le potentiel qu’une tornade significative (EF2+) se produise semblait aussi présent, sans nécessairement être clair et net. Il est fort probable que ce sont des petits détails qui ont favorisé le mécanisme de naissance de cette tornade, dont nous n’aurions jamais entendu parler si elle n’avait pas frappé ce chalet.

Pierre-Marc Doucet.

Références:

Tim Vasquez (Severe Thunderstorm Forecasting, 2009)

Rich Thompson (Tornado Forecasting Workshop, 2015)

http://www.spc.noaa.gov/obswx/maps/

http://climat.meteo.gc.ca/historical_data/search_historic_data_f.html

http://sharppy.github.io/SHARPpy/index.html

http://weather.uwyo.edu/upperair/sounding.html

http://meteocentre.com/archive/archive.php?lang=fr

Weisman, M.L., 1996: On the use of vertical wind shear versus helicity in interpreting supercell dynamics.

Rasmussen, E.N., and D.O. Blanchard, 1998: A baseline climatology of sounding-derived supercell and tornado forecast parameters.

Davies-Jones, R.P., 1984: Streamwise vorticity: The origin of updraft rotation in supercell storms. J. Atmos. Sci., 41, 2991-3006.

Davies-Jones, R.P., D.W. Burgess, and M. Foster, 1990: Test of helicity as a forecast parameter. Preprints, 16th Conf. on Severe Local Storms, Kananaskis Park, AB, Canada, Amer. Meteor. Soc. 588-592.

Thompson, R. L., R. Edwards, J. A. Hart, K. L. Elmore, and P. Markowski, 2003:  Close proximity soundings within supercell environments obtained from the Rapid Update Cycle. Wea. Forecasting, 18, 1243-1261.

Thompson, R. L., R. Edwards, C. M. Mead, 2004:  An update to the Supercell Composite and Significant Tornado Parameters. Preprints, 22nd Conf. Severe Local Storms, Hyannis, MA (134K PDF)

Hart, J.A., and W. Korotky, 1991: The SHARP workstation v1.50 users guide. National Weather Service, NOAA, US. Dept. of Commerce, 30 pp. [Available from NWS Eastern Region Headquarters, 630 Johnson Ave., Bohemia, NY 11716.]

Davies, J.M., 1993: Hourly helicity, instability, and EHI in forecasting supercell tornadoes. Preprints, 17th Conf. on Severe Local Storms, St. Louis, MO, Amer. Meteor. Soc., 107-111.

Liens pour analyses et pour les modèles météo.

http://www.spc.noaa.gov/exper/mesoanalysis/

http://www.spc.noaa.gov/exper/

http://weather.cod.edu/satrad/

http://meteocentre.com/

http://www.wpc.ncep.noaa.gov/

http://www.pivotalweather.com/

http://weather.cod.edu/forecast/

http://www.twisterdata.com/

 

Chasse du 20 Juin 2016 – Ontario/Québec – Supercellule et ligne orageuse.

Texte :Pierre-Marc Doucet

Photos: Mathieu Lussier, Pierre-Marc Doucet, Mathieu Bordage

Vidéo: Pierre-Marc Doucet

Membre présent: Pierre-Marc Doucet, Jolyane Limoges, Mathieu Lussier, Mathieu Bordage

Scénario météo

La journée du 20 Juin s’annonçait assez explosive niveau météo au Québec. Le potentiel de temps violent était bien présent sur plusieurs secteurs.

Tout d’abord, un front froid vigoureux associé à une dépression, anormalement forte pour la saison, sur la Baie d’Hudson faisait son approche. Avec lui, la chance d’avoir beaucoup de soulèvement était présente. De plus, sur la carte d’analyse de surface en après-midi, on pouvait voir un petit creux pré-frontal (pointé par la ligne rouge).

creux

Le cisaillement profond allait être de l’ordre de 30-50 noeuds ce qui est amplement suffisant pour supporter des orages violents. Par contre, l’alignement des vents par rapport au front et au creux était discutable, surtout au nord. Le cisaillement profond et les vents du sommet de l’orage allaient favoriser un mode linéaire, au mieux, mixte car ils étaient assez parallèles aux fronts.

Plus au sud cependant, vers l’est Ontarien et l’Outaouais, les vents semblaient être mieux aligné au travers des fronts. Surtout le cisaillement profond, car les vents du sommet des orages étaient toujours parallèles. Cela donnait néanmoins plus de chances de pouvoir voir des cellules isolées.

Cisaillement profond (0-6km) en soirée sur l’est Ontarien.

0-6 km

 La grande question lors de cette journée serait la qualité de l’humidité en place. Depuis plusieurs semaines, le temps est assez sec sur le Québec et l’Ontario. Les poussées d’humidité sont souvent freiné par cette période de temps sec allongé. La végétation, dans les champs entouka, n’est pas non plus au maximum encore, ce qui n’aide pas à conserver l’humidité de l’atmosphère.

Nous avions donc peine à rejoindre des points de rosée de 15-16°C (60°F). De plus avec le fort réchauffement diurne, l’écart de température s’agrandit et l’humidité relative diminue si la quantité d’humidité dans les basses couches de l’atmosphère n’est pas suffisante.

Les observations des ballons sondes du matin lancé dans le Michigan aux USA montrait une quantité d’humidité correcte dans les premières couches. Rien d’extraordinaire mais il était permis de penser que cet environnement arriverait chez nous plus tard en soirée.

Téphigramme au nord du Michigan le matin du 20. La flèche verte indique la quantité d’humidité dans les basses couches atmosphériques.

moisture sounding

Avec tous ces paramètres en place, les risques principaux reliés aux orages allaient être des micro-rafales et la grosse grêle. Le risque de tornades était faible mais pas inexistant, si certaines régions pouvaient avoir des taux d’humidité un peu plus élevés et si le cisaillement directionnel dans les bas niveaux se mettait de la partie.

Déroulement de la chasse

Nous sommes partis de Montréal en tout début d’après-midi en direction d’Ottawa car les meilleures conditions semblaient se profiler dans ce coin et un peu vers l’ouest de la ville. Nous nous disions qu’avec un peu de chance, le parc Algonquin situé non loin de la avec sa zone de forêt dense allait peut-être nous donner une chance d’avoir une meilleure humidité et que les orages ne seraient pas avec des bases trop hautes.

Plus la journée progressait, plus l’écart entre la température et les points de rosée s’agrandissaient, plutôt mauvais signe, mais prévisible.

Vers 17h, arrivé à l’ouest d’Ottawa, nous remarquons que l’air semble un peu plus humide. On ne s’était pas trompé car en regardant les observations des stations avoisinantes, les points de rosée avaient grimpé de 1-2°C pour atteindre environ 17°C (63-64°F). Les cartes d’humidité montraient aussi une certaine convergence de l’humidité dans nos secteurs, donc une progression en hauteur de celle-ci avait probablement lieu, ce qui était une bonne chose. Probablement que l’humidité était un peu plus élevé où nous étions que ce que les stations aux alentours montraient.

humidité convergence

Les premiers orages organisés ont commencé à se former peu de temps après. Déjà nous avions droit à un superbe spectacle de Mammatus au-dessus de nous !

Mammatus 20 juin 1

Nous avons ensuite attendu un peu en place près d’Almonte. Deux complexes orageux semblaient vouloir se démarquer à l’ouest de notre position. Un qui se dirigeait vers Kingston et qui était un peu plus loin mais qui montrait un mésocyclone de moyen niveau très prononcé au radar. L’autre, plus près de nous, mais qui semblait avoir un peu de difficulté à s’organiser. Après une longue tergiversation, l’orage plus près de nous nous a aidé à prendre la décision. Il a commencé à mieux s’organiser et montrer un écho en crochet ainsi que se séparer pour rester isolé.

Radar du moment avec notre position.

IMG_0862

Voici donc la vue que nous avions ensuite. Malheureusement, étant dans une zone assez boisée, la vision n’était pas la meilleure mais notre visuelle nous permettait d’identifier la base de la supercellule ainsi que la rotation. Elle était plutôt faible cependant mais l’inflow tail et les scuds visible en dessous indiquaient une bonne advection d’humidité.

Supercell ontario 1-1

Supercell ontario 2-2

La supercellule se déplaçait assez rapidement (environ 70-80 km/h). Il fallait donc la talonner de près et bouger rapidement. Malheureusement, pour continuer à la suivre, il fallait retraverser dans Ottawa. Cependant il était rendu plus tard et les chances d’avoir du gros trafic étaient moins grandes.

La supercellule semble avoir entré dans une zone avec une humidité moins grande par la suite car elle est devenu avec une base plus haute alors qu’elle était sur Ottawa. Néanmoins, la structure était très belle, ainsi que la signature radar à ce moment.

meso

13458714_10154323993744365_6700954541356608514_o

13502820_10154323993884365_9118456935031456109_o

L’orage a par la suite commencé à faiblir rapidement et s’est dissipé. Après avoir attendu un peu pour voir si d’autres orages lèveraient sur le front froid en approche, nous sommes reparti vers la maison.

C’est alors qu’une ligne d’orages s’est formé directement devant nous dans le coin de Montebello en Outaouais. Nous avons eu droit à un beau show d’éclairs jusqu’à la maison et quand nous avons traversé une de ces cellules, les vents sont devenus assez fort et la visibilité presque nul par moments.

Voici le résumé vidéo de toute notre chasse.

Les orages ont par la suite continué de sévir dans le centre du Québec. Mathieu Bordage a été témoin de ces orages violents et beaucoup de dégâts ont été rapportés à Québec, comme en témoignent ces photos ou plusieurs branches d’arbres ont été cassés ainsi que plusieurs arbres déracinés !

13443078_10154227248603926_7872938105890119201_o

bordage

13493324_10154228328518926_1669391769_o